Mariano Picon Salas

24 avril 2019

Non classé

Mariano Federico Picón Salas était un critique, un diplomate culturel et écrivain du XXe siècle, né à Mérida le 26 janvier 1901 et décédé à Caracas le 1er janvier 1965. Parmi ses livres, son recueil d’essais sur l’histoire, la critique littéraire et l’histoire culturelle sont remarquables.

Depuis la Guerre Fédérale, tout ce qui ressort des coutumes se transforme en irremplaçable document d’histoire sociale. Pendant que les romanciers actuels continuent à « romantiser », à écrire des « Idylles à Corinthe » ou des tragédies vénitiennes, les écrivains « costumbristes » essaient de transmettre ce qui se dit sur la place publique ou au Café du Chat Noir, de décrire les traîneurs de sabre qui sortent du Palais Présidentiel dans ces terribles années entre 1864 et 1869. A la surprise générale, ils racontent une vie souterraine et moqueuse, peuplée de surnoms amusants, d’anecdotes de tous les jours, de tout ce qui a toujours existé au Venezuela en même temps que la pesante vie officielle. C’est l’énigme et la couleur de notre processus historique.

Satiricos y costumbristas venezolanos – 1958

mariano-picon

54181

citation-mariano-picon-salas-61739

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le miroir de Lorient |
Les années Plaisirs Equestres |
Palette poétique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Coherence Incongrue
| Carassius
| Jesypoesy