Nestor Mendoza

27 juillet 2018

Non classé

Nestor Mendoza est né à Mariara en 1985. Il est licencié en Littérature et Langue de l’Université de Carabobo. Très jeune il a écrit des poèmes qu’il puise dans le quotidien. Il a publié en 2015 un recueil intitulé « Pasajero » qui attira l’attention sur lui. Il fait partie de toutes les anthologies parues récemment, il a intégré l’équipe de la revue bilingue Latin American Literature Today qui est éditée dans l’Oklahoma et il est traduit en anglais, allemand et italien pour certains de ses poèmes.

Cartographie

La mer a déchiré avec les dents

la cartographie de mon pays.

Elle a laissé un tracé

inégal jusque dans les terres,

des villes en forme de chapeau,

des côtes découpées d’un trait nerveux.

L’eau de la berge toujours

est noble avec les enfants,

c’est une toute autre mer

sans mouvement violent.

Le soleil juste au-dessus,

je le cache avec mon pouce.

Je le divise.

Maintenant j’ai deux soleils à partager.

Le soleil est implacable :

la sueur nous occupe plus que les baisers.

Sous le vaste ciel le corps sur le dos,

et le sable dans le pantalon.

Les vagues agitent des embarcations

avec des drapeaux que je ne connais pas.

Tous ces gens qui passent

ne pensent qu’à leurs peaux bronzées,

ce teint cuivré pour cacher la pâleur

et se sentir moins étranger.

Seul j’ai simplement un regard inquiet

sur ce paysage

et la sensation d’un verre qui m’en sépare,

un voile, un filet, je ne sais.

1516051042099

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le miroir de Lorient |
Les années Plaisirs Equestres |
Palette poétique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Coherence Incongrue
| Carassius
| Jesypoesy