Rodolfo Santana

12 juillet 2018

Non classé

Rodolfo Santana (1944 – 2013) se mit à écrire à 17 ans des romans, des contes et à créer des troupes de théâtres dans les zones marginales et violentes de Caracas où il vivait. C’est ainsi qu’il commença son activité de dramaturge, en écrivant des textes pour les gens des quartiers, en lien avec les événements politiques qui s’y produisaient. Malheureusement toute cet œuvre a été perdue. Il continua néanmoins sa carrière en maniant l’agitation et parfois le scandale, inspiré par « le théâtre de la cruauté » d’Antonin Artaud. En 1968, il gagna le Prix de la Dramaturgie de l’Université de Zulia.

Voici un extrait de la pièce « Rencontre dans un parc dangereux » (1973)

PEDRO – Les médecins !… Parlons-en… Quand ils entrent à la faculté, ils pensent tous qu’ils sont des apôtres, des saints, et qu’ils vont éradiquer sans problème toutes les maladies… Et comment ils terminent ?… En marchands de mort…

ANA – Tu exagères.

PEDRO – Et plus encore maintenant, avec l’extinction des éléphants roses des forêts du Kenia.

ANA – Il n’y a pas d’éléphants roses…

PEDRO – Et le communisme…

ANA – Il n’y a plus de communistes…

PEDRO – Justement, c’est à cette extinction que je pense… Tu sais qu’il en reste encore quelques uns.

ANA – Je ne te crois pas.

PEDRO – Si. Ils se réunissent clandestinement.

ANA – Comme les premiers chrétiens ?

PEDRO – Et comme les derniers païens… Un jour ils m’ont invité à participer à une réunion de cellule… Ils étaient vêtus de chemises rouges, avec faucille et marteau sur le col, des barbes du genre Che, Fidel ou Marx et ils chantaient l’Internationale très bas pour ne pas être entendus des voisins… Sur un autel, des figurines de Lénine et Staline étaient illuminées par des bougies… Ils lisaient des passages du Capital entre deux jus de fruits, trinquant à la prise du Palais de Sebastopol et au mur de Berlin.

ANA – Quelle tristesse…

PEDRO – Ce qui est sûr, c’est que la disparition du communisme a fait perdre en grande partie la considération humaniste que le capitalisme avait adoptée pour sauver les apparences…

encuentro-en-parque-peligroso-obra-teatro-rodolfo-santana-temporada-2014_130749_547813150

https://youtu.be/YQP20–Oq9U

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Le miroir de Lorient |
Les années Plaisirs Equestres |
Palette poétique |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Coherence Incongrue
| Carassius
| Jesypoesy